10/12/2008

Europe: la dérive totalitaire


Ne dit-on pas que le diable se cache souvent dans les détails ? Il faut donc être très attentif aux "brèves" des journaux et des périodiques. C'est peut-être là que se cachent les informations dignes d'intérêt, loin des shows médiatiques du style "saga Fortis".
En tout cas, l'information fournie par Le Vif/L'Express du 5/12/2008 est loin d'avoir fait la "une" des médias: en Lettonie, pays membre de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004, commenter la fragilité de la monnaie locale, le lats, est un délit !


Riga
Un chanteur de pop et un professeur d'économie ont été détenus par la police pour avoir commenté la fragilité de la devise nationale. (...).
Le premier, lors d'un concert, a suggéré, en riant, au public de retirer son argent des banques lettonnes. Crime de lèse-majesté !
Le second, au fil d'un débat publié dans un quotidien régional a conseillé de ne pas faire d'économie en lats". Sacrilège ! Embastillé !
La police les soupçonne de "répandre volontairement de fausses rumeurs" sur le système financier du pays Fin de citation.


Fausses rumeurs ? Le quotidien Neatkariga Rita Avize, du 25-11-2008, commente en ces termes l'appel à l'aide de la Lettonie auprès du Fonds Monétaire International (FMI) afin de surmonter la crise financière.
"Faire une telle demande revient à hisser le drapeau blanc. Cela signifie qu'un État n'a plus les ressources financières lui permettant de maintenir en vie son économie et de garantir la stabilité de sa monnaie. L'étape suivante ne peut être que la faillite de l'État"


Je ne sais pas si le journaliste est toujours en liberté.


liberté de la presse

20:15 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : luttes, libertes |  Facebook |

Commentaires

Dutronc chantait déjà en 66 "on nous cache tout, on nous dit rien.."

Écrit par : edouard | 11/12/2008

Les commentaires sont fermés.