28/12/2008

Un "coup de gueule" succulent qui nous vient de La Réunion

 

 

clicanoo

L’économie capitaliste me fait moins penser à une science qu’à une maison close avec putes, maquereaux, gendarmes corrompus ou incompétents. Quant aux banquiers, gens que l’on croit d’ordinaire très sérieux parce qu’en costume trois pièces et bardés de diplômes, je les rangerai volontiers dans la catégorie des puceaux avides de pénétrer le joyeux bordel de la finance. Il faut les comprendre : l’envie de s’encanailler bon marché, et pourquoi pas, de passer derrière le comptoir, devenir à son tour hareng, brasser du bifton pas très net en misouk ! Mais au jeu de la pêche en eau trouble, ils sont tombés sur un maître. Un qui savait nager, c’est le cas de le dire. Comment Bernard Madoff, ex maître nageur, a-t-il pu enfumer le système de 50 milliards de dollars ? Comment BNP Paribas a-t-elle pu se faire dépouiller de 350 millions d’euros alors qu’elle sait bien voir quand le clampin moyen est à découvert de quelques euros ? Il me semble que cela ferait un bon sujet de dissertation pour les élèves qui vont étudier l’économie grâce à Xavier Darcos, du moins quand le ministre de l’Education fera passer sa réforme. Car pour l’heure, le sous-commandant Darcos vient de battre en retraite après avoir affirmé haut et fort dans le Journal du Dimanche qu’il fallait agir vite. Si ce n’est pas du “courage, fuyons !”, on se demande bien ce que c’est ! Pour revenir à l’interview de Darcos, il déclarait à propos de l‘économie : “La situation actuelle a montré combien la compréhension des mécanismes économiques était importante.” “La compréhension des mécanismes” ? Oh le pédant ! Ah le bouffon ! Mais même le crétin intégral les comprend les mécanismes. C’est l’art des truands, le deuxième plus vieux métier du mot avec celui que vous savez. On les comprend tellement bien les mécanismes, que j’attends que mon banquier me dise quelque chose quand je serai à découvert. Comment je vais lui tirer l’oreille au bougre, le houspiller en public, l’envoyer voir là-bas si j’y suis !

Bruno Testa

14:52 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.