09/11/2009

Exploiter les forêts sans affecter les amphibiens

Futura_sciences-logo

Quand les amphibiens croassent dans les forêts qui ont subi une coupe rase, c'est plutôt d’agonie que de contentement. D'après les chercheurs de l’Université du Missouri, les amphibiens adultes sont affectés, ainsi que leur réaction à ces bouleversements. Ils recommandent donc d’adapter les modes d’exploitation des forêts pour protéger ces animaux menacés.

Les amphibiens ont deux phases dans leur vie, comme l’indique leur nom, du grec amphi, double, et bios, la vie, soit double vie. La première phase, celle de la reproduction et de la croissance des têtards, est aquatique, tandis que la phase adulte est terrestre et souvent forestière. Ray Semlitsch, professeur de biologie au College of Arts and Science de l’Université du Missouri, explique l’importance de ces organismes. « Les amphibiens sont de bons bio-indicateurs de la santé d’un milieu. Quand les amphibiens ne vont pas bien, c’est un avertissement que le reste de l’écosystème va mal. Ils sont sensibles à la température et à la déshydratation et ils adoptent la température de leur environnement. A cause de cette sensibilité, les amphibiens sont les vertébrés les plus menacés. Près d’un tiers des espèces à travers le monde sont en danger d’extinction. »

Grenouille arboricole

Grenouille arboricole

Un effet kiss cool pervers

Lors d’une coupe rase, l’intégralité du couvert végétal est retirée, exposant le sol et les mares aux rayons du soleil. Dans les mares, cela favorise la croissance des algues qui sont dévorées par les têtards dont le métabolisme est accéléré par la température de l’eau. La coupe est donc bénéfique à la phase aquatique des amphibiens car les larves grandissent plus vite, mais lorsque celles-ci sortent de l’eau, c’est une autre affaire. Sans l’ombre et la fraîcheur de la végétation, le terrain se transforme en fournaise pour les tritons, salamandres et autres crapauds, très sensibles à la dessiccation.

Trois hypothèses étaient avancées pour expliquer le déclin post-exploitation forestière : retraite des individus dans des abris, fuite ou mortalité. C’est la deuxième option qui s’est révélée juste. Les adultes fuient les zones rasées pour atteindre des havres préservés et plus frais. Pour éviter ce phénomène peu favorable aux amphibiens, l’équipe de Ray Semlitsch recommande de ne plus effectuer de coupes rases mais de laisser des taches de couvert végétal. Cette pratique sera aussi bénéfique pour d’autres espèces animales, protégera en partie les sols de l’érosion et accélérera la régénération naturelle.

« L’objectif ultime n’est pas d’arrêter l’exploitation du bois, résume Ray Semlitsch, mais de trouver des techniques qui peuvent assurer une exploitation forestière durable et protéger les écosystèmes forestiers, y compris les espèces d’amphibiens. » Il reste maintenant à étudier le destin des amphibiens qui ont fui et changé de milieu ainsi que le temps nécessaire à la recolonisation des zones exploitées.

 

Ray Semlitsch

Ray Semlitsch

 

22:53 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sauvez la planete |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.