14/11/2009

A vous de juger. Personnellement, c'est non !


Le Parisien


Grippe A H1N1: premier cas probable d’effets secondaires après le vaccin


Une femme travaillant à l’hôpital a contracté le syndrome de Guillain-Barré, une semaine après le vaccin anti-grippe A. De quoi décourager les candidats à l’injection.


C’est une affaire qui tombe mal au moment du lancement de la vaccination anti-grippe A pour le grand public. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, voulant rassurer, s’est elle-même fait vacciner hier à Paris. (lire ci-dessous) .Mais l’affluence a été très faible dans les centres, notamment à Bordeaux et à Marseille où les personnels réquisitionnés n’ont vu quasiment personne.


Ce qui pourrait changer si la gravité de l’épidémie augmente*. Pour l’instant, le scepticisme ambiant risque d’être amplifié par une nouvelle rendue publique hier. Une femme, travaillant dans le monde de la santé, a contracté la maladie neurologique dite de Guillain-Barré, six jours après avoir été vaccinée contre la grippe A, à l’hôpital.
Selon les données de la science, cette pathologie neurologique, potentiellement très grave, se traduit par des tremblements dans les membres inférieurs pouvant entrainer une paralysie et un décès dans 5 % des cas. Parfois, cette maladie est provoquée par la grippe elle-même ou par le vaccin anti-grippe. Il a été rapporté des cas de Guillain-Barré après la vaccination contre la grippe A, notamment en 1976 aux Etats-Unis où 500 personnes l’ont contractée, et 25 en sont décédées, entraînant l’arrêt de la campagne de vaccination.


grippeporcine01


« Aucun lien de causalité prouvé »


Dans le cas de cette femme, francilienne, qui serait âgée d’une trentaine d’années, les manifestations de la maladie sont heureusement moins graves en l’état. « Il s’agit d’un cas de Guillain-Barré probable et modéré, survenu quelques jours après la vaccination, mais sans que le lien de causalité ne soit en l’état prouvé. Des investigations sont en cours », nous indique Fabienne Bartoli, adjointe au directeur général de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). La personne souffre de tremblements des jambes et « d’atteinte des nerfs périphériques ». Elle a développé ces symptômes quelques jours après sa vaccination. Prise en charge une journée en hôpital, elle a pu rentrer ensuite chez elle : « Des neurologues de l’établissement l’ont vue, et nous ont notifié lundi 9 novembre leur déclaration de pharmaco vigilance par écrit dans le cadre du suivi des effets potentiels du vaccin », ajoute Fabienne Bartoli. C’est l’Agence de presse médicale, qui a révélé cette information, grâce à « des sources médicales », et non le ministère de la Santé, qui avait promis toute transparence sur le sujet. Au cabinet de Roselyne bachelot, on explique avoir été alerté de ce cas dès mardi, deux jours avant le début de la vaccination de la population générale. Mais l’information n’a pas été rendue publique. Le laboratoire GSK, producteur du vaccin en question, reconnait « l’existence de ce cas de Guillain-Barré, mais estime que le lien de causalité avec le vaccin n’est pas prouvé en l’état ».

12:25 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grippe h1n1 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.