18/11/2009

Lorsque le travail devient torture...


Nouvel Obs (02)


L'exemple le plus médiatisé: France Télécom


Le 8/09/2009, un technicien de France Telecom du centre d'intervention de Troyes, à qui sa direction venait de confirmer que son poste était supprimé et que les postes disponibles étaient à une centaine de kilomètres, a tenté de se suicider en se poignardant lors d'une réunion de son service convoquée par le manager. Si son geste avait abouti, ce serait le 23° suicide depuis février 2008 à France Télécom. Dernier en date, un technicien chez Orange au centre de recherche de Lannion s'est suicidé à son retour de vacances. Il avait déclaré "ne pas vouloir reprendre son travail dans les conditions de juin". Même si les raisons d'un suicide restent toujours mystérieuses, il est impossible, vu le nombre, de ne pas faire le lien avec les conditions de travail.


FRANCE TELECOM (02)


Les syndicats ont crée un « Observatoire du stress et des mobilités forcées » à France Télécom


Les syndicats, eux, le font puisqu'ils ont même créé, en 2007, un « Observatoire du stress et des mobilités forcées » à France Télécom qui, depuis lors, a recensé des milliers de témoignages alarmants. Depuis la privatisation en 1996, les effectifs ont fondu, de 160.000 salariés à 100.000. En cinq ans, il y a eu 70.000 changements de métier, une situation qui a généré beaucoup de stress. "La pression est forte, quand vous recevez tous les jours un mail vous demandant de céder à des objectifs de mobilité", affirme Pierre Dubois, délégué CFDT, selon qui la rémunération variable de certains cadres du groupe "dépend à 50% d'un objectif de réduction d'effectifs". Affectés par les mutations, la mise en concurrence avec des jeunes et les changements de métier, les anciens de France Télécom s'avouent « démoralisés ». Selon Patrick Ackermann, représentant syndical SUD-PTT, « les cadres ne sont pas épargnés, beaucoup d'entre eux sont restés sur le carreau ou ont été contraints d'accepter des postes d'agent d'exécution, préférant subir que partir."


« Nous sommes une société privée en secteur concurrentiel, il faut faire du chiffre »


Mais depuis peu, « on pousse les gens vers la sortie sans dispositif d'accompagnement sérieux. Nous sommes une société privée en secteur concurrentiel, il faut faire du chiffre et il y a une volonté délibérée d'éjecter les fonctionnaires. » Les anciens sont remplacés par « des jeunes de 20 ans, en CDD, qui ne rechignent pas sur les heures tardives et qui travaillent aussi le samedi, renchérit Anne-Marie, déléguée SUD-Télécom. Nous, nous sommes considérés comme des verrues ». Des médecins du travail ont plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme, en vain, certains ont même démissionné parce que la direction de France Télécom ne tenait pas suffisamment compte des rapports qu'ils lui adressaient.


FRANCE TELECOM (03)


Gestion individuelle du stress : « tickets psy », numéros verts


Car comme beaucoup d'autres entreprises, France Telecom pratiquent une gestion individuelle du « stress » au travail avec des numéros verts, des "tickets psy". Mais pour Christian Wipliez, délégué CFDT : «Les procédures managériales pour gérer les salariés sont devenues très individualisées, voire infantilisantes.» Entretiens en face à face, batteries d'outils pour évaluer l'individu... Même les tâches complexes peuvent être découpées. «C'est pire que tout. Cela crée un isolement très pénible. On en oublie le collectif.» Florence Bègue, auteur d'une livre sur "Suicide et travail", constate que "le suicide au travail n'existe que depuis environ une douzaine d'années. Auparavant, il n'y en avait pratiquement pas, sauf parmi les ouvriers agricoles, dont lieu de travail et lieu de vie étaient confondus". Il ne faudrait pas oublier l'étymologie du mot travail vient du latin « Tripalium » qui était un instrument de torture... (Instrument de torture à trois pieux utilisé par les Romains de l'Antiquité pour punir les esclaves rebelles.)


tripalium1


Le blog de Jean-Marcel Bouguereau 09-09-2009

15:27 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.