25/11/2009

Et pour le vaccin contre la grippe H1N1 ?


Les mots ont un sens


Scandale Vioxx : Merck a laissé mourir des dizaines de milliers de personnes


Merck, le laboratoire ayant commercialisé le Vioxx entre 1999 et 2004, n'a pas publié le résultat de ses recherches qui montraient dès 2001 que son médicament augmentait nettement le risque de crise cardiaque. Résultat : plus de 30 000 morts, rien qu'aux Etats-Unis.


La FDA (Food and Drug Administration, agence de régulation des médicaments) estime que le Vioxx, médicament anti-douleur et anti-inflammatoire largement utilisé contre l'arthrite entre 1999 et 2004, a provoqué 160 000 crises cardiaques et attaques cérébrales et serait à l'origine d'environ 30 000 décès, rien qu'aux États-Unis. Il a été retiré du marché en 2004 par son fabricant, le laboratoire Merck, alors que les rumeurs de dangerosité commençaient à se faire insistantes. Pourtant, malgré ces chiffres, le laboratoire a toujours nié les dangers liés à l'utilisation de son produit. En 2007, la firme a tout de même accepté un règlement à l'amiable concernant 95% des 26.600 plaintes, pour un montant de 5 milliards de dollars, sans toutefois reconnaître sa culpabilité.


vaccins-armes-biologiques


Les dirigeants de Merck savaient


Mais certains plaignants ont refusé de négocier, et les procès qui suivent leur cours dévoilent régulièrement quelques cadavres, bien planqués au fond des placards. Le bimensuel Archives of Internal Medicine vient notamment de révéler que Merck n'avait pas publié les résultats d'études cliniques effectuées après la mise sur le marché du médicament. Un oubli, sans doute. Fâcheux, puisque ces études montraient dès 2001 que le Vioxx augmentait nettement le risque d'attaques cardiaques et cérébrales.


Entre 35 et 43% d'accroissement du risque


L'analyse des données mises à jour par la justice a montré qu'en décembre 2000, 21 des 30 essais cliniques impliquant plus de 20.000 personnes étaient terminés. Et le risque présenté par le Vioxx était alors évident. En juin 2001, de nouvelles données indiquent que le médicament induit un accroissement de 35% du risque d'accidents cardiovasculaires ou de décès. En avril 2002, le chiffre est revu à la hausse à 39%. En septembre 2004, Merck annonce le retrait du marché de sa molécule miracle, l'accroissement du risque est alors évalué à 43%. Mais le laboratoire continue de nier tout risque sanitaire... En bref, les dirigeants de Merck ont préféré accumuler les profits (2 milliards de dollars tous les ans) plutôt que d'interrompre la vente d'un médicament qu'ils savaient mortel !


industrie pharmaceutique


L'industrie pharmaceutique mise en cause


Ce scandale soulève une nouvelle fois le problème du process d'autorisation de mise sur le marché des médicaments. Celui-ci se fonde uniquement sur les études jugées "publiables" par les firmes pharmaceutiques, en aucun cas contraintes de publier l'intégralité de leurs recherches. Il suffit donc que quelques études affichent des résultats positifs, quand bien même 100 autres s'avèreraient négatives. En l'occurrence, plusieurs équipes de chercheurs ont montré qu'entre 6 et 43% seulement des études des firmes pharmaceutiques étaient publiées ! Les autres étant jalousement gardées secrètes. Pas vraiment rassurant...


Certaines d'entre elles ont d'ailleurs été totalement falsifiées, comme l'a révélé l'affaire "Scott S. Reuben", un des plus grands scandales de l'histoire de l'industrie pharmaceutique (le Vioxx était déjà concerné). Affaire totalement passée sous silence en France. Autre problème : la surveillance épidémiologique de l'innocuité des médicaments, après leur mise sur le marché. La FDA réfléchit actuellement à un nouveau modèle. Mieux vaut tard que jamais...


25 novembre 2009 14:12, Les mots ont un sens, par Napakatbra

16:38 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sante, capitalisme |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.