15/12/2009

Yémen, les femmes sont systématiquement victimes d'actes de discrimination

 


Au Yémen, les femmes sont systématiquement victimes d'actes de discrimination et de violences, autant de pratiques qui ont des conséquences dévastatrices sur leurs vies. Si leurs droits sont régulièrement bafoués, c’est que la législation yéménite et les pratiques tribales et coutumières classent les femmes dans une catégorie de citoyens inférieure.


Ces violences contre les femmes commises par l’État, la société et la famille sont endémiques. En outre, les femmes yéménites ne sont pas libres d’épouser l’homme qui leur convient et certaines sont encore des enfants, parfois âgées de huit ans seulement, lorsqu’on les contraint à se marier. Une fois mariée, une femme doit obéir à son époux et obtenir son autorisation pour la moindre sortie. L’égalité de traitement n’est pas assurée non plus en matière d'héritage, les femmes se voyant souvent spoliées de tout droit à la succession.

 

voile (02)


Les femmes accusées d’actes « immoraux » sont sanctionnées plus sévèrement que les hommes, et ces derniers ont droit à l’indulgence lorsqu’ils tuent des femmes de leur famille pour des questions d’« honneur ».


Ces lois et pratiques discriminatoires encouragent et favorisent les violences contre les femmes, qui sont monnaie courante au sein des familles et dans l'ensemble de la société.


Il est donc urgent de procéder à des réformes. Amnesty International engage les autorités yéménites à mettre fin à la législation discriminatoire et à la violence à l'égard des femmes.


À l’occasion de la campagne « 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes » Amnesty International a publié un document intitulé La face cachée du Yémen. Discrimination et violences contre les femmes et les filles (MDE 31/014/2009), qui fournit des informations plus détaillées sur la nature des violations ainsi que sur les recommandations particulières aux autorités yéménites.


http://www.isavelives.be/fr/node/4610

 

enfants_voiles


A cet âge, un choix ? Vraiment ?

14:34 Écrit par Patrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : laicite |  Facebook |

Commentaires

C'est marrant, dans cet article je n'ai pas vu une seule fois le mot "islam" ou le mot "musulman"....
Ah le politiquement correct....

Vous dites :
"Si leurs droits [aux femmes] sont régulièrement bafoués, c’est que la législation yéménite et les pratiques tribales et coutumières classent les femmes dans une catégorie de citoyens inférieure."

Ah bon, c'est la "législation" et les "pratiques", ça rassure ! ça veut dire que ça ne se passe heureusement pas comme ça dans d'autres pays vivant sous la charia !

Écrit par : Tadorne | 08/02/2010

Non Si je n'ai pas cité "islam", "musulman" ou quoique ce soit d'autre, c'est que le contexte ne s'y prêtait pas.
Ceci étant, la charia est un régime parfaitement antidémocratique, donc condamnable et inamissible.
L'histoire prouve, heureusement, que ces états ne vivront pas pour l'éternité. Toute dictature à une fin fût-elle érigée au nom de Dieu.

Écrit par : Patrice | 22/06/2010

Les commentaires sont fermés.